Download Histoire de l'anesthésie : Méthodes et techniques au XIXe by Marguerite Zimmer PDF

  • admin
  • March 28, 2017
  • Medicine
  • Comments Off on Download Histoire de l'anesthésie : Méthodes et techniques au XIXe by Marguerite Zimmer PDF

By Marguerite Zimmer

Show description

Read Online or Download Histoire de l'anesthésie : Méthodes et techniques au XIXe siècle PDF

Best medicine books

Pathophysiology (5th Edition)

A transparent, complete advent to disorder, Pathophysiology, fifth variation explores the etiology, pathogenesis, medical manifestations, and remedy of problems. devices are geared up by way of physique process, and every starts with an illustrated evaluate of anatomy and general body structure. A dialogue then follows at the ailment strategies and abnormalities which can ensue, with a spotlight at the pathophysiologic suggestions concerned.

Additional info for Histoire de l'anesthésie : Méthodes et techniques au XIXe siècle

Example text

48. Brevet d’invention de Jean-Baptiste Challiot, déposé le 21 juillet 1791, pour la fabrication du blanc de céruse. © Archives de l’Institut National de la Propriété Industrielle. Pour les savants qui s’occupaient de chimie pneumatique178 produire des fluides élastiques ou aériformes en quantité suffisante était une opération particulièrement difficile. On employait soit le procédé par la voie sèche, soit le procédé par la voie humide. La voie sèche était celle de la combustion du bois, du charbon, de la craie ou du marbre, placés dans un vase ou dans une cornue, ou encore celle de faire brûler de l’encens, du styrax, de la myrrhe, du benjoin, du santal rouge, de la tormentille, de la térébenthine ou d’autres substances végétales dans la chambre du malade.

Jean-Noël Hallé, professeur au Collège de France et à la Faculté de médecine de Paris, améliora la forme des appareils. Pour faire arriver la vapeur éthérée dans la poitrine du malade, on utilisait des récipients ayant la forme d’un entonnoir, ou des vases munis de tubulures, bientôt remplacés par les flacons de Woulfe (fig. 42), à trois tubulures. Afin de rendre l’éther plus actif, on le mélangeait avec du baume de Tolu, du baume de soufre anisé, de la digitale pourprée, de la ciguë ou de l’opium.

D et F : robinets en cuivre. E : tube de cuivre, qui remplace la tubulure E des modèles précédents. Il est percé d’une virole. N : garniture KL, vue par le dessus. M : couvercle HI, vu par le dessus. O : bouchon de plomb devant entrer dans la tubulure du vaisseau distillatoire. Histoire de l’anesthésie versait sur la main. Sa pesanteur spécifique était de 0,636, à la température de 15,5 °C. La couche inférieure du vase de décantation, composée d’alcool et de muriate de chaux, d’oxyde et de sulfate de manganèse en dissolution, pouvait être utilisée, après distillation, pour la fabrication de la liqueur d’Hoffmann.

Download PDF sample

Rated 4.36 of 5 – based on 49 votes